Focus: A word from the experts 

Le concours de la Fondation

The Foundation's competition

For the 7th edition of its international competition in architecture, the Foundation is adding a focus for each of its three categories. This approach was born of a will to respond to concrete issues in the medium term or in response to a worldwide emergency. 
 

Thus, the Jacques Rougerie Foundation - Institut de France will award from three to six of the creators who presented a project showing an architectural innovation linked to the fields of Space, the Sea or Sea level rise, like such :
 

"Innovation and architecture for the sea" award - Louis Vicat
Grand Prix
Focus: "Ports of the future"
 

"Innovation and Architecture for space" Award
Grand Prix
Focus: "Solar power satellites"
 

"Architecture & sea level rise" Award
Grand Prix
Focus: "The African coastline"


 

The competition's website: here

 

Pour la 7ème édition de son concours international d’architecture, la Fondation ajoute un focus pour chacune des trois catégories. Cette démarche est née d’une volonté de répondre à des problématiques prospectives ciblées à moyen terme ou en réponse à une urgence mondiale.

La Fondation Jacques Rougerie – Institut de France récompensera ainsi entre trois et six auteurs de projet présentant une innovation architecturale liée au domaine de l’Espace, de la Mer ou de la Montée du niveau des Océans, comme suit : 

 

Prix de la Fondation Jacques Rougerie « Innovation et architecture
pour la mer » - Louis Vicat
Grand Prix
Focus : « Les ports du Futur » 

Prix de la Fondation Jacques Rougerie « Innovation et architecture pour l’espace »
Grand Prix
Focus : « Les centrales solaires spatiales »

Prix de la Fondation Jacques Rougerie « Architecture & problématique de la montée du niveau des océans »
Grand Prix
Focus : « Le littoral africain »

 

Le site du concours :  ici

 


Francis Vallat, President of the European Network of Maritime Clusters (ENMC)

Francis Vallat s'exprime sur la façon dont il voit les ports du futur.

Francis Vallat tell his thoughts on how he sees the ports of the future.

The Ports of future: endless source
of creativity

Les ports du futur, source inépuisable
de créativité

Déjà indissociables depuis des années, architecture, urbanisme, dynamisme économique, protection de l’environnement, devront dorénavant être totalement intégrés dans les ports maritimes. Or cette intégration se fera différemment selon qu’il s’agira de ports existants à aménager ou de création de nouveaux ports. En outre les problématiques portuaires d’avenir sont innombrables :  ports dans la ville ou hors la ville;  avant-ports gagnés sur la mer ou bientôt ports bâtis « au large » sur d’énormes plateformes maritimes flottantes; ports spécialisés ou multi-usages (activités traditionnelles et émergentes)…

Or les nouveaux défis à relever sont légion, tels le gigantisme de certains navires et terminaux en particulier pour les ports-hubs, l’utilisation maximale des espaces (souterrains, sous-marins…) ; des capacités énergétiques ou de traitement des déchets à empreinte réduite ;  l’existence de moyens de liaison massifs vers les hinterlands ;  la sécurité nautique mais aussi la sûreté ; et ces aspects devenus incontournables que sont par exemple l’esthétique globale ou la fluidité des flux…

Architecture, urban planning, economic drive and environmental protection are already inseparable. They will have to be fully integrated into maritime ports. This integration will have to be done differently according to whether it is added onto an existing port or if it is integrated directly during the creation phase. However, the future issues with new ports are countless: Are they going to be in or out of the city; fore-ports built onto the sea or ports built offshore on top of enormous floating maritime platforms; specialised ports or ports dedicated to several uses (Traditional and emerging activities)… …

Yet, there is a great deal of challenges to face, such as the gigantic size of certain ships and terminals for hub ports; the maximum use of space (Underground, underwater…) ; the energetic capacity or low ecological footprint wastage treatment; the existence of ways of connecting towards hinterlands; Nautical security and safety; finally, some unavoidable topics such as global aesthetics or the flow fluidity…

 


Michel Tognini, astronaut, chief of the European Astronaut Center

Michel tognini nous parle de l'importance des centrales solaires spatiales.

Michel Tognini tell us how important solar power satellites are.

Centrales solaires spatiales

Solar Power Satellites

The foreseeable evolution of world demography and the gradual depletion of fossil resources will require the optimal development of new sources of energy, providing everyone with a minimum of well-being while preserving the environment. The implementation of space solar power plants installed in geostationary orbit would enable the sun to be exploited practically permanently and would provide a basic energy source. Since the concept's proposal and the first studies of the 1970s, many innovations now give renewed attention to space solar power: Evolution of the solar cells efficiency, robotics, energy transmission, new launchers, 3D printing, extraterrestrial materials perspectives, ... The objective of the contest is to propose creative architectural projects of solar power satellites exploiting the latest technological and technical innovations and thus allowing an improvement in the efficiency "Mass / Installed Power" of these power plants.
 

It is also interesting to envisage extraterrestrial plants in order to get energy from the Sun and also from Helium 3 on the Moon, oxygen or water available on other celestial places in order to feed our next generation space crafts: this will reduce the need to bring all energy from Earth. We need to also consider mineral resources from asteroids.

 

L’évolution prévisible de la démographie mondiale et l’épuisement progressif des ressources fossiles nécessiteront le développement optimal de nouvelles sources de production d’énergie, apportant à tous un minimum de bien être tout en préservant l’environnement. La mise en œuvre de centrales solaires spatiales installées en orbite géostationnaire permettrait d’exploiter le soleil pratiquement en permanence et, ainsi, de fournir une source d’énergie de base. Depuis la proposition du concept et les premières études des années 70, de nombreuses innovations donnent aujourd’hui un regain d’intérêt à l’énergie solaire spatiale : Evolution du rendement des cellules photovoltaïques, de la robotique, de la transmission d’énergie, nouveaux lanceurs, impression 3D, perspectives des matériaux extraterrestres, … l’objectif du concours est de proposer des projets créatifs de centrales solaires spatiales exploitant les dernières innovations et techniques architecturales et permettant ainsi une amélioration de l’efficacité Masse / Puissance Installée de celles-ci.

De même, il est intéressant de considérer les centrales d’exploitation de ressources extraterrestres donc incluant évidemment le soleil mais aussi l’helium 3 sur la lune, l’oxygène ou l’eau disponibles sur d’autres corps célestes pour ravitailler des vaisseaux futurs qui n’auraient plus besoin de tout emmener depuis la Terre, ou des ressources minières d’astéroïdes


Justin Ahanhanzo, programme specialist at the Intergovernmental Oceanographic Commission of UNESCO

Justin Ahanhanzo nous parle des dangers de la montée du niveau des océans sur les côtes africaines

Justin Ahanhanzo explains the dangers of sea level rise for the African coastline

Le littoral africain

The African coastline

Il est bien connu que l’Afrique, les océans qui l’entourent et les côtes qui la bordent sont un trésor et une fortune pour l’humanité.

Le Président Mandela, dans son discours de bienvenue à la Conférence panafricaine sur la gestion intégrée et durable des zones côtières (PACSICOM) au Cap, en décembre 1998; a à juste titre insisté sur le fait que les longues et magnifiques côtes d’Afrique ainsi que l’abondance de ressources marines peuvent contribuer à améliorer la sécurité économique, alimentaire et environnementale du continent. En réalité, l’Afrique est bien dotée, bordée qu’elle est par la mer méditerranée et la mer rouge au nord, l’océan atlantique à l’ouest, l’océan indien à l’est et l’océan austral à l’extrémité sud du continent.

Parmi les atouts majeurs qu’offrent les océans et les côtes africaines pour le développement économique, social et culturel du continent, on peut citer:  (i) Le transport maritime de pétrole et de gazcôtiers  et offshore, (ii) le transport et le commerce maritime, (iii) l’extraction minière sur les côtes et au large, (iv) la pêche côtière et hauturière, (v) une biodiversité hors de l’imagination et d’énormes ressources génétiques et médicinales marines,  (vi) le tourisme de bord de mer. Et cette liste n’est pas exhaustive !  Le Président Mandela, prudent, a également ajouté que ces ressources marines et côtières, tout comme le reste des ressources environnementales de l’Afrique, continuent d’être exploitées d’une façon qui ne profite pas à l’Afrique, ni à ses populations.

Les défis pour l’Afrique en ce qui concerne son développement côtier sont entre autres, la montée du niveau des océans, l’inondation des côtes et les crues, la pollution par les hydrocarbures et la pollution d’origine terrestre, la dégradation des littoraux y compris l’érosion côtière avec la perte des infrastructures et des domaines côtiers, la perte de la biodiversité et des habitats critiques. Par ailleurs, avec l’agrandissement des villes côtières et leur corollaire d’accroissement des populations, il devient impérieux d’inventer de nouvelles formes de villes côtières, durables, ouvertes et résilientes grâce à une architecture innovante et une ingénierie côtière localement adaptées en Afrique.

En conséquence, la Fondation Jacques Rougerie lance un prix spécial avec focus sur l’Afrique, en réponse au paradoxe susmentionné, évoqué par le Président Mandela concernant l’Afrique, l’océan et les côtes. Le but étant de contribuer à la fois à l’invention du futur en ce qui concerne le développement des villes côtières africaines ainsi que la préservation de leurs patrimoines intangible et tangible.

L’invitation est ainsi lancée  à toute personne ou équipe visionnaire et passionnée pour imaginer des systèmes de techniques et d’innovations, de design, d’architecture, de concepts et/ou de modèles scientifiques et des méthodes d’ingénierie en se servant à la fois de savoirs et de technologies modernes et ancestrales respectant la civilisation et la cosmogonie africaines, l’identité locale, les valeurs culturelles, sociales et environnementales en harmonie avec le mode vie des communautés et des populations locales tout en reflétant notre monde globalisé.

Tout en encourageant des équipes internationales riches de diversité de par le monde, il est cependant recommandé de privilégier à la tête des équipes ou des promoteurs de projets, des ressortissants Africains, idéalement basés en Afrique ; dans le but de soutenir le leadership, l’esprit d’appropriation et d’entrepreneuriat en Afrique.

It is well known that Africa, the surrounding Oceans and coasts are world treasure and wealth.

President Mandela, in his welcome address at the Pan-African Conference on Sustainable Integrated Coastal Management (PACSICOM) in Cape Town, December 1998; rightly insisted that Africa’s long and beautiful coasts and abundance of marine resources can contribute to improve economic, food and environmental security for the continent. In fact, Africa is well endowed as bordered by the Mediterranean and the Red Seas in the North, the Atlantic Ocean on the West, the Indian Ocean on the East, and the Southern Ocean in the southern tip of the continent. Big assets of African ocean and coasts for economic, social and cultural development include the following: (i) Offshore and coastal oil and gas shipping, (ii) Maritime transportation and trade, (iii) Coastal and offshore mining, (iv) Coastal and offshore fisheries, (v) amazing biological diversity with immense marine genetic and medicinal resources, (vi) Seaside tourism. This is a non-exhaustive list!   President Mandela, precautious; also added that these coastal and marine resources, like the rest of Africa’s environmental resources, continue to be exploited in a manner that does not benefit Africa and her people.

The challenges for Africa regarding its coastal development include sea level rise, coastal inundations and floods, oil pollution and land based pollution, coastal degradation including coastal erosion, loss of coastal infrastructures and properties, loss of biodiversity and critical habitats. With the growing coastal cities including the subsequent increase of populations, it becomes an imperative for Africa to promote sustainable, inclusive and resilient coastal cities with appropriate locally adopted architecture and coastal engineering.

Subsequently, the Jacques Rougerie Foundation is pleased to launch a Special Prize with a focus on Africa; addressing the above paradox raised by President Mandela on Africa, the surrounding oceans and coasts.

With the view to contribute to both, the further development of African coastal cities as well as the preservation of African coastal immaterial and material heritages, this is an invitation to visionary and passionate individuals or teams to envision systems of technics and innovations, design, architecture, scientific concepts and models and; engineering methods using both modern and ancestral knowledge and technology with respect to African civilization and cosmogony, local identity, cultural, social and environmental values and; ultimately in harmony with the life style of local communities and populations; while also reflecting our globalized world.

While inviting international teams worldwide, rich of diversity to submit proposals, it is however recommended that the team leaders should be Africans, ideally based in Africa, as the ultimate objective is to promote African leadership, ownership and entrepreneurship.

Justin AHANHANZO, Kuwait City, Kuwait

24/05/2017

Comment